🧠 Évènement : Neuro'Day des leaders Engagé.es avec le CNRS et Camille Lacourt, le 04 juin 2024 > S'inscrire. 🪴 Juin, le mois de la QVT > Découvrez la programmation !

L’onboarding et ses Secrets pour une Intégration Réussie : Suivez le Guide !

Responsable accueillant un nouvel employé lors de son onboarding

L’intégration d’un nouvel employé dans une entreprise constitue une étape majeure qui s’organise autour d’un processus structuré : l’onboarding. Cette démarche, bien au-delà de la simple présentation des collaborateurs et des locaux, vise une insertion efficace, rapide et qualitative.
L’onboarding permet la transmission des valeurs, de la culture et des méthodes de travail propres à l’entreprise. Il s’agit d’une période capitale pour répondre aux interrogations du nouveau collaborateur et le préparer à son rôle. L’efficacité de cette phase déterminera l’engagement, la performance et le sentiment d’appartenance du salarié. Une étude de la Society for Human Resource Management illustre parfaitement ces enjeux : les sociétés ayant un processus d’intégration solide améliorent leur taux de rétention de 50 % et la productivité de leurs employés de plus de 60 %.
Cet article vous invite à découvrir les huit stratégies clés pour optimiser votre procédure d’onboarding et ainsi favoriser un accueil réussi des nouveaux membres de votre organisation.

Définir un processus d’intégration organisé

La mise en place d’une procédure d’insertion structurée se présente donc comme un préalable indispensable. Elle instaure un parcours clair et transparent, favorisant ainsi l’adaptation rapide et efficace. 
Selon le Brandon Hall Group, le taux de satisfaction des nouveaux employés est 54 % supérieur dans les sociétés avec programme d’intégration bien défini.
Un tel processus exige de se pencher attentivement sur divers aspects clés de l’onboarding.

Le temps consacré à l’accueil du nouvel employé

Un accueil préparé avec soin et suffisamment long est fondamental pour familiariser efficacement le nouvel arrivant avec son environnement de travail : 

  • découverte de l’équipe et des locaux ;
  • sessions de formation sur les outils spécifiques ;
  • ateliers de team building pour créer des liens entre collègues et comprendre le fonctionnement de l’entreprise ;
  • présentation des projets en cours pour assimiler le contexte et les enjeux actuels.

La présentation détaillée des attentes de l’entreprise

Il s’agit ici de préciser les missions et responsabilités de l’employé. Cela comprend l’explication des objectifs à atteindre, les indicateurs de performance et les désirs en termes de compétences. 

Le collaborateur acquiert une image claire de ce que l’on attend de lui ainsi que la possibilité de mieux s’orienter dans ses tâches.

Si le nouvel arrivant rencontre ses collègues des différents départements de l’entreprise, il obtient une vision globale de son fonctionnement. Cela améliore également son engagement et son efficacité.

La transmission des valeurs et de la culture de l’organisation

Cette étape s’avère déterminante pour l’engagement du nouveau collaborateur. Il ne doit pas seulement comprendre les tâches qui lui sont assignées, mais pourquoi il les accomplit et comment elles contribuent à l’objectif global de l’organisation.

Des séminaires, des présentations de cas concrets reflétant ces valeurs, ou encore des rencontres avec des leaders inspirants qui incarnent l’esprit de l’entreprise constituent autant d’activités qui favorisent cette transmission.

Promouvoir une culture d’entreprise accueillante

L’instauration d’un environnement professionnel chaleureux commence dès les premiers instants du parcours d’intégration. Une ambiance positive et un esprit d’équipe fort se reflètent dans l’enthousiasme des membres présents pour accueillir leurs nouveaux collègues. 

Un petit déjeuner de bienvenue ou un déjeuner collectif peuvent faciliter les premiers échanges de manière informelle.

Déjeuner entre collègues pour l'onboarding d'un nouveau collaborateur
Déjeuner entre collègues pour l’onboarding d’un nouveau collaborateur

La transparence figure aussi parmi les éléments essentiels d’une culture conviviale. Les arrivants doivent comprendre les défis et les réussites de l’entreprise. 

Des réunions d’information lors de l’onboarding peuvent aider. Elles permettent à la direction de partager des indications clés. De plus, elles offrent l’opportunité de répondre aux questions.

La valorisation de la diversité et de l’inclusion commence également dès l’onboarding. Il est important d’insister sur le respect des différences. Des formations sur ce thème peuvent être intégrées dans le processus d’accueil. Cela témoigne que l’entreprise se soucie de créer un environnement inclusif.

Cette étape permet aux nouvelles recrues de se sentir immédiatement à l’aise. Elle montre aussi que la société valorise et soutient tous ses employés, dès leur arrivée.

Déployer l’intelligence émotionnelle comme remède à la charge affective de l’onboarding

L’arrivée dans un nouvel environnement professionnel génère souvent des sentiments forts : stress, excitation, incertitude. Ainsi, la gestion de ces sentiments s’avère cruciale pour une intégration réussie. L’intelligence émotionnelle (IE) constitue une aide précieuse et efficace.

L’IE se définit comme la capacité à percevoir, comprendre et gérer ses propres émotions et celles des autres. Chaque personne utilise ensuite ces informations pour guider sa pensée et son comportement.

Concrètement, elle se déploie au travers de plusieurs actions : 

  • Former les managers : Les responsables doivent recevoir une formation sur l’intelligence émotionnelle pour qu’ils puissent épauler les nouveaux employés à apprivoiser leurs ressentis.
  • Développer l’écoute active : Déterminer les sentiments des arrivants nécessite une écoute active et empathique. Cela signifie poser des questions ouvertes, montrer de l’intérêt pour leurs réponses et résumer leurs propos pour confirmer que vous avez bien compris.
  • Fournir un soutien émotionnel : Cela peut prendre la forme de mentorat, de coaching ou de groupes de soutien pour les nouveaux salariés. 
  • Promouvoir la conscience de soi : Encourager les arrivants à prendre conscience de leurs propres sentiments, à identifier les déclencheurs émotionnels et à développer des stratégies pour gérer le stress et les ressentis négatifs.
  • Inclure l’intelligence émotionnelle dans le processus d’onboarding : Cela peut comprendre l’ajout d’ateliers ou de modules de formation sur ce thème lors de la procédure d’accueil.

Équiper le nouveau collaborateur efficacement

Cette étape clé ne se limite pas à la fourniture de matériel de travail. Elle vise aussi à outiller le nouvel employé pour une contribution rapide et efficace dès le début.

La formation aux outils spécifiques de l’entreprise

Ce point essentiel consiste à initier le collaborateur aux logiciels et plateformes internes. Des sessions pratiques, organisées dès les premiers jours, favorisent une prise en main rapide et efficace. Elles évitent au nouvel arrivant de se sentir dépassé ou isolé.

La mise à disposition de ressources documentaires

Cette étape s’avère très bénéfique. Les guides d’utilisation, les procédures internes ou les documents de référence sur la politique de l’entreprise permettent au nouvel employé de trouver facilement les informations nécessaires. Il gagne en autonomie dès son arrivée, ce qui renforce la motivation.

L’identification des contacts clés de l’entreprise

Le nouveau salarié doit savoir le plus tôt possible : 

  • Qui contacter en cas de problème technique ?
  • Vers qui se tourner pour une question sur le matériel informatique ?
  • Quelle est la personne compétente pour des demandes sur la politique de l’entreprise ?
  • Qui peut fournir des informations sur le développement professionnel ?
  • En cas de conflit ou de désaccord, quelles sont les instances de médiation ?

Des réponses claires à ces questions dès les premiers jours facilitent la prise de fonction du nouveau collaborateur. Son sentiment d’appartenance en ressort renforcé.

Instaurer un programme de mentorat

Selon la Harvard Business Review, près de 33 % des salariés cherchent un autre emploi dans les six premiers mois et 23 % quittent leur travail la première année.

L’accompagnement par un collègue expérimenté facilite l’intégration d’un nouveau collaborateur. Ce dernier bénéficie d’un guide dans ses premiers pas au sein de l’entreprise. C’est un soutien précieux, un conseiller qui facilite l’adaptation.

Discussion entre une femme d'affaires mentor et son nouveau collègue dans le cadre du processus d'onboarding
Discussion entre une femme d’affaires mentor et son nouveau collègue dans le cadre du processus d’onboarding

Dès son embauche, le mentor doit se présenter comme tel. Il joue un rôle d’intermédiaire entre le nouvel arrivant et la société. Il offre un visage amical et une présence rassurante dans un environnement qui peut sembler intimidant au début.

Un bon guide sait écouter. Il s’attache à comprendre les préoccupations du nouvel employé. Il oriente et donne des conseils avisés, participant à l’ancrage de l’arrivant dans l’équipe.

Un programme de mentorat bien structuré repose sur des objectifs clairs. Il prévoit des moments d’échanges réguliers entre le mentor et le nouveau collaborateur. Ces temps permettent de faire le point sur l’adaptation, de résoudre les problèmes et d’identifier les opportunités de développement.

Un mentorat bien mené favorise fortement une intégration réussie et rapide. Cet investissement à court terme génère assurément des bénéfices à long terme.

Encourager la communication ouverte

Encourager le dialogue dès l’onboarding participe activement à l’intégration du nouveau salarié. Il instaure un climat de confiance propice à l’échange et à la collaboration.

Dans un premier temps, la direction doit donner le ton. Il est important d’exprimer clairement que toutes les questions sont les bienvenues. Par exemple, lors de la réunion d’accueil, n’oubliez pas d’affirmer concrètement : « N’hésitez pas à poser des questions, quelles qu’elles soient. Nous sommes là pour vous aider et pour vous accompagner. »

Ensuite, la mise en place de canaux de communication formels et informels est cruciale. Ils favorisent le partage d’informations et l’expression des préoccupations. Il peut s’agir de réunions collectives régulières, de points individuels avec le manager ou d’espaces d’échange sur une plateforme collaborative.

L’organisation de repas d’équipe ou de moments conviviaux comporte aussi des bénéfices intéressants. Ceux-ci permettent de discuter dans un cadre plus détendu et de renforcer les liens entre collègues. Le nouvel arrivant développe ainsi son sentiment d’appartenance.

Enfin, le feedback constitue un axe important. Donner est essentiel, mais recevoir des retours paraît indispensable. Un nouvel employé pourrait, par exemple, présenter un projet qu’il a élaboré au cours de son premier mois. Les remarques constructives de ses confrères l’aideraient à s’améliorer et à se sentir valorisé.

Employé présentant un projet
Nouvel employé valorisé et motivé par un feedback positif sur son projet

Encourager la communication ouverte dès l’onboarding permet de créer un environnement de travail sain et stimulant. Cela développe la motivation, renforce l’image positive de l’entreprise et fonde rapidement un sentiment d’appartenance.

Soutenir le développement de compétences

Envisager et proposer, dès le recrutement, une croissance professionnelle continue favorise l’épanouissement et l’installation confiante du nouveau collaborateur.

Établir un plan de formation spécifique

Le soutien au développement des compétences commence par l’élaboration d’un plan de formation spécifique. Ce dernier se conçoit en fonction du poste occupé par le nouvel employé. Il comprend des apprentissages techniques, mais aussi des enseignements sur les procédures internes de la société. Il est également intéressant d’y inclure des sessions sur la culture d’entreprise et les valeurs promues par l’établissement.

Privilégier les formations interactives

Les formations interactives, telles que les ateliers de travail en groupe ou les mises en situation, sont particulièrement efficaces. Elles favorisent l’engagement du nouvel employé et lui permettent d’acquérir des compétences pratiques rapidement. De plus, ces sessions sont souvent l’occasion de renforcer les liens avec l’équipe.

Employés dans salle des machines pendant un onboarding
Atelier de groupe avec un nouveau collaborateur lors de son onboarding

Favoriser l’autoformation

Proposer des ressources pédagogiques en ligne, telles que des vidéos ou des e-books, permet au nouvel employé d’apprendre à son rythme. Il peut ainsi mieux assimiler les informations et se sentir plus à l’aise dans son nouveau rôle.

Pour le développement des soft skills, ces compétences de plus en plus recherchées et valorisées par les entreprises, l’autoformation représente un canal optimal. Améliorer sa flexibilité, son adaptabilité ou encore sa confiance en soi constitue des opportunités attractives lors d’une embauche.

Suivre l’évolution des compétences

Des entretiens réguliers avec le manager permettent de faire le point sur les compétences acquises et celles à développer. Ils sont aussi l’occasion de donner et de recevoir des feedbacks constructifs.

Promouvoir la mobilité interne

La mobilité interne se présente également comme un excellent moyen de soutenir le développement de compétences. En effet, elle offre aux nouveaux collaborateurs la possibilité de découvrir différentes facettes de l’entreprise, d’élargir leurs connaissances et d’acquérir une expérience précieuse. De plus, elle favorise une meilleure compréhension de la société dans son ensemble, stimule l’engagement et la motivation, et peut contribuer à la rétention des talents.

Réviser le processus d’onboarding régulièrement

Pour garantir une efficacité constante de l’onboarding, une révision périodique du processus s’impose. Il s’agit de s’assurer que les pratiques en place restent adaptées aux besoins de l’entreprise et des nouveaux employés.

Cette révision peut prendre plusieurs formes et impliquer différents niveaux de l’organisation.

Le recueil des commentaires des nouveaux employés

Ayant vécu l’onboarding, ces derniers peuvent fournir des retours précieux sur les aspects positifs et les points d’amélioration. 

Par ailleurs, en sollicitant leurs impressions, l’entreprise démontre qu’elle valorise leur opinion et leur expérience.

L’analyse des performances et de l’engagement

L’évaluation des performances se base sur divers indicateurs : contribution aux projets, respect des échéances, réalisation des objectifs fixés. L’engagement, quant à lui, se traduit par la participation active à des réunions, des initiatives d’entreprise ou la prise de responsabilités supplémentaires.

Ces mesures permettent de déterminer l’efficacité de l’intégration et l’impact de l’onboarding sur la productivité. Elles fournissent des données précieuses pour ajuster le processus si les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes. Ainsi, un manque de performance signale la nécessité de renforcer la formation lors de l’onboarding. De son côté, un faible engagement indique le besoin d’un accent plus fort sur la culture d’entreprise et l’interaction avec l’équipe.
Une étude menée par Glassdoor a révélé qu’une intégration efficace peut améliorer la rétention des nouveaux employés de 82 % et leur productivité de plus de 70 %.

La comparaison de son onboarding avec les meilleures pratiques du secteur

Des séminaires, des conférences ou des formations offrent souvent des opportunités de découvrir des approches inédites. Innover dans ses propres pratiques améliorera la marque employeur et l’expérience collaborateur, renforçant ainsi l’attractivité de la société sur le marché.

Au fil de cet article, une réalité s’impose : l’onboarding représente bien plus qu’une simple formalité administrative. Il s’agit d’un véritable investissement qui peut transformer votre entreprise. Bien conduite, cette étape cruciale impacte la productivité, l’engagement et la fidélisation de vos employés.
Les stratégies exposées vous ont permis de décrypter les leviers pour optimiser l’intégration de vos nouveaux talents : autant d’actions à envisager pour convertir cette phase anxiogène en une réussite bénéfique pour tous.
La valeur ajoutée de votre société se construit grâce à vos collaborateurs. Assurez-vous de les accueillir comme il se doit, de les préparer à leurs missions et de les soutenir dans leur évolution. C’est ainsi que vous bâtirez une organisation solide, attractive, innovante et compétitive.

Related Articles

RSE : Comment Maximiser le Potentiel du Pilier Social ? 4 Stratégies Gagnantes À Exploiter

Le monde managérial a vu émerger un concept crucial ces dernières années : la Responsabilité Sociétale des Entreprises. Au cœur de ce vaste ensemble, le pilier social demande une attention toute particulière. Pourquoi ? Parce qu’il établit une passerelle directe entre l’entreprise et la société. Cette relation, basée sur des principes d’éthique, d’inclusion et de qualité de vie au travail, est devenue incontournable pour les compagnies visionnaires. Dans cet article, 4 stratégies présentent comment capitaliser sur ce pilier, en transformant les bonnes intentions en actions concrètes, bénéfiques pour les employés, la communauté et la firme elle-même.

Hello ! La Zenmon Team te donne la bienvenue 🤩

Avant de goûter à notre univers citronné, il est important de noter que tout le contenu du site est soumis à des droits d’auteur déposés auprès de l’INPI. Nous comptons sur toi pour garder nos zestes “safe”, ne pas les dupliquer ou les distribuer sans notre autorisation. Ta confiance nous aide à grandir, merci pour cela et bonne découverte de Zenmon Drops ! 🍋🚀